Quand on m’a demandé si j’avais une préférence pour parrainer un garçon ou une fille, j’ai tout de suite pensé à mon petit-fils, dont la maman est sud américaine et le papa européen et donc avec un petit Vietnamien je voyais le rapprochement de 3 continents. Et finalement c’est la petite Buom qui est devenue ma filleule. Elle a 8 ans et lorsque j’ai découvert son regard sur une photo, j’ai été émue. Je l’ai rencontrée au printemps 2012 lors de mon premier (car il y en aura d’autres…) voyage au Vietman. Je l’ai immédiatement reconnue au milieu des autres enfants de l’orphelinat. Elle était tellement mignonne avec ses beaux cheveux fraîchement coupés. Elle m’est apparue timide et coquine à la fois. Nous avons communiqué par le regard: le sourire, la douceur. Il ne faut bien sûr pas attendre des effusions mais les yeux en disent long. Buom était très intéressée par le contenu de ma valise d’où sortaient des vêtements, des cadeaux qu’elle s’empressait de montrer à ses petites copines et toutes se sont mises à jouer immédiatement. C’est ainsi qu’elles ont changé la poupée, lui ont donné son biberon.
Je suis rentrée du Vietnam forte de belles images de ce pays merveilleux, mais surtout enrichie par les émotions intenses vécues à l’orphelinat lors de la rencontre avec Buom et les autres enfants. Grâce à Tam j’ai pu communiquer avec eux via Skype. Bươm sait grâce à ce moment sur Skype que je pense à elle et cela entretient, prolonge le moment que j’ai passé avec elle en mars! C’est avec du temps et de la patience que les liens se créent et il est bon de nous manifester en tant que marraine ou parrain pour les anniversaires et les fêtes vietnamiennes.