Des  étudiants de l’Université de Pédagogie témoignent.

Informations sur l’événement ici

Témoignage de Trần Thị Thùy Trang

Je suis Trang, 21 ans, étudiante de 3ème année à l’Université de pédagogie d’ Hồ Chí Minh ville.

J’ai récemment effectué un stage auprès de l’association humanitaire “Les enfants du dragon”, c’était la première fois que j’étais stagiaire ainsi que volontaire pour une Association. D’abord, parce que cette association n’était pas répertoriée dans la liste des lieux de stage. C’est ma tutrice de stage qui m’a proposé de travailler en tant que volontaire pour cette association comme observatrice de stage. Immédiatement, je me suis d’accord  car je pensais que c’était une bonne occasion pour pouvoir profiter le mieux possible des connaissances et expériences de volontaire bénévole.

Par le passé, je n’ai pas encore été une vraiment volontaire dans une vraiment association. Je n’ai fait que participer à quelques activités bénévoles pour mon pays, particulièrement à ma ville natale. C’est une petite ville à côté de la mer située au centre du Vietnam. Là-bas, la vie des genres est encore difficile et pauvre. Je suis membre d’un petit groupe de bénévoles pour donner des dentées alimentaires, des vêtements aux gens pauvres ou des livres, des cahiers aux enfants. Une autre raison pour laquelle j’ai accepté d’y participer est que j’avais déjà entendu parler des “Enfants du Dragon” qui m’avait déjà bien intéressé. Alors, j’apprécie vraiment d’aider et de travailler avec cette Association.

Durant mon stage, j’ai été l’une des 3 interprètes de Mme Hélène Phung Serpollier, une conteuse française pour son projet d’une semaine au Vietnam. Nous sommes allés dans les orphelinats qui sont dans le cadre de l’assistance de “Les Enfants du Dragon”. Nos missions étaient de traduire les paroles que la conteuse narrait aux enfants. De plus, nous avons participé aux ateliers d’origami en aidant les enfants à réaliser des pliages de papier.

Bien que mon stage se soit passé pendant un temps très court, il m’a apporté beaucoup d’avantages et d’expériences. Tout d’abord, j’ai eu une bonne occasion pour pratiquer la langue française avec des natifs. Ensuite, grâce à ce stage, j’ai acquis plus de compétence pour la traduction. Enfin, tout particulièrement, notre groupe de volontaires a apporté de la joie aux orphelins et enfants pauvres.

 A mon avis il y a vraiment quelques difficultés pour un volontaire avec des français, par exemple : la langue, la culture… Mais ce n’est pas un si grand problème car je pense que l’on peut tout faire ce que l’on veut si on a la volonté et l’ardeur au travail.

Trần Thị Thùy Trang
 

Témoignage de Pham Thanh Tuyen

Je m’appelle Tuyen, je suis Vietnamienne et j’ai 22 ans, je suis étudiante en quatrième année filière interprétariat de l’Université de Pédagogie de Ho Chi Minh ville.  En novembre 2012, j’ai eu l’occasion de traduire un bulletin d’information pour l’association “Les enfants du dragon”. Depuis cette tâche, je connais cette association et je suis vraiment  attirée par ses activités et son projet de cœur.

Un mois avant le Têt lunaire du Vietnam, mon professeur m’a suggéré de participer comme volontaire au programme “ Les mots oiseaux” de Madame Hélène Phung, conteuse franco-vietnamienne  au “Centre des Arts du Récit et de la Parole en Isère”.  J’ai été tout à fait d’accord car c’est une bonne opportunité pour bien comprendre l’association et pour s’engager dans un travail bénévole.

Pendant 3 jours, Madame Helene Phung est allée aux  3 centres Truyen Tin, Minh Tam et Vinh Son pour conter des histoires enfantines en pliant du papier selon l’un des arts populaires des plus anciens : l’origami. J’ai traduit ces contes et la façon de plier pour les enfants.  Après 3 jours, je  constate que dans la société, il y a encore beaucoup de sorts malheureux qui ont besoin de nos aides. Malgré ses malheurs, les enfants d’ici sont toujours optimistes et veulent dépasser les obstacles de la vie. Pendant mon volontariat, le moment le plus émouvant est celui  où  je dois quitter les centres, quand les petits nous ont fait au revoir de la main dans l’attachement et le regret.

Après ce programme, je trouve qu’il n’y a pas eu de difficulté  pour un volontaire vietnamien avec des français car tout le monde a le même but, les mêmes sentiments pour les enfants. Il y a des phrases où il la traduction littérale est impossible mais on cherche une autre façon pour exprimer l’idée principale, ce n’est pas une difficulté insurmontable.

J’espère que j’aurai plus d’occasion pour participer aux activités bénévoles de l’association “Les Enfants du Dragon” et que cette association se développera bien fort  pour aider les enfants malheureux.

Phạm Thanh Tuyen